BOURBONNAIS

 

 

Compléments

 

 

     Mis à part les frontières avec le Berry et la Marche, il n'y a pas de complément à faire en Bourbonnais.

 

     - 1 - Le Bois Seiné, 18360 Vesdun :

 

       Ce bois correspond bien à un sommet de colline proche et en vue du château de Culan (ci-contre). Nous sommes proches de la limite départementale avec le village de Vesdun fortifié du temps des Gaulois. Le village d'origine de Culan a pour nom Prahas où se trouvait un prieuré de l'abbaye de Déols. Ceci nous permet de penser que le territoire faisait alors partie du Berry et que le château dépendait à l'époque de la seigneurie de DéolsCulan  a connu trois châteaux successifs. Le deuxième château du XIème a été assiégé et détruit par Philippe II Auguste en 1188. Ces différents faits nous éclairent pour émettre l'hypothèse au n° 3 et 4 ci-dessous.

 

     - 2 - Saunier, 03370 Viplaix :

 

     Le site de Saunier était manifestement rattaché au château de la Roche Guillebaud (ci-contre). En effet, ce château, bien que situé sur un point stratégiquement avantageux, présente l'inconvénient d'être encaissé et d'avoir besoin de guets sur les hauteurs avoisinantes, ce qui est le cas de Saunier. Le seigneur de ce château, Amblard Guillebalt dépendait d'Huriel. Son frère ou parent, Adalard Guillebaud fut gardien du château d'Issoudun pendant l'absence de son seigneur parti en croisade. Il ne fait donc pas de doute que nous étions là, comme pour le site précédent, sur la frontière du Berry.

 

     - 3 - Le Bois Sornet, 03370 Courçais :

     - 4 - Le Relai du Saunier, 03380 La Chapelaude :

      Ces deux derniers sites complètent la frontière sud fortifiée de la seigneurie de Déols avec la seigneurie de Bourbon. En effet ils rapportent à la forteresse d'Huriel (ci-contre) dont l'histoire est mieux connue que celle des châteaux précédents. Huriel appartenait à la seigneurie de Déols, seigneurie revendiquée par Henri II à partir de 1177, début de la guerre de Berry entre Henri II puis Richard Cœur de Lion et Louis VII puis Philippe II Auguste. Déols ne fut reconquis par Philippe Auguste qu'en 1188, un an avant la mort d'Henri II. On sait aussi que Montluçon, toute proche, fut aux mains d'Henri II de 1171 à 1188. Henri II alors est au sommet de sa gloire, ayant reçu l'hommage comme homme lige de Raymond V de Toulouse en 1173 à Limoges. Il achète le comté de la Marche en 1177. C'est donc entre 1177 et 1188 que datent les différents sites ci- dessus. On peut aussi les rapprocher du n°3 du Berry, Lignières ayant été une forteresse de la seigneurie d'Issoudun associée à celle de Déols.