ANGOUMOIS

 

 

Compléments

 

 

       L'Angoumois était fief du duc d'Aquitaine et a eu peu de contact avec les comtes angevins sauf à trois périodes :

  1. de 990 à 1028, lors du mariage de Guillaume IV Taillefer avec Gerberge fille de Geoffroy Ier d'Anjou et soeur de Foulques Nerra. Plus tard, Vulgrin II (1120-1140) épousa en première noce Poncia, fille de Roger le Poitevin de la famille des Montgommery dont sont issus des comtes de HiémoisAlençonPonthieu et Bellême en Normandie (voir Marche n°1).
  2. de 1200 à 1216, lors du mariage de Jean sans Terre avec Isabelle d’Angoulême qui fut comtesse régnante avec Jean pendant cette courte période ou manifestement les frontières du comté ont été confiées à des hommes de confiance. Le mariage de Jean était, mis à part la beauté et la jeunesse de la mariée pourtant fiancée à l'héritier de la Marche, hautement stratégique car il évitait de voir coupées en deux parties les possessions continentales des Plantagenêts.
  3. de 1360 à 1453 après le traité de Brétigny, Angoulême passe plusieurs fois entre les mains des Anglais et du Prince Noir.

     - 1 - Sonneville, 16240 Villefagnan :

 

     Ce petit hameau accolé au village de Villefagnan est desservi par la rue du pré Saunier ce qui rapproche les étymologies des deux sites. Deux raisons donc de s’intéresser à cet endroit en bordure du Poitou et de l'Angoumois. Courcôme avait été donnée en 970 par Guillaume Fier à Bras à l'église Saint Hilaire de Poitiers. Son fils Guillaume le Grand donna Ruffec Confolens et Chabanais à son vassal Guillaume IV Taillefer vers 995. Ces deux dons expliquent l'avancée du Poitou comme une presqu’île au nord des terres angoumoises. Guillaume IV Taillefer s'étant rapproché de Foulques Nerra en épousant sa sœur en 990 a du protéger son château de Ruffec à la manière du comte angevin du coté de la frontière poitevine. Si cette hypothèse n'était pas retenue, le site serait alors joint aux autres sites des frontières angoumoises affectés à Jean sans Terre.

 

     - 2 - Sonneville, 16170 Rouillac :

 

     Il serait difficile de ne pas rapprocher les deux sites 1 et 2, du même nom, situés à la frontière poitevine pour l'un et Saintongeaise pour l'autre et tout deux défendant une étape sur deux voies romaines importantes. Désolé de contredire les données toponymiques de wikipédia qui cependant se rapprochent de notre propos en invoquant le nom d'un germain appelé "Sunno" ! Le site fait face à Neuvicq-le-Château qui devait être fortifié bien avant le XVème siècle.

 

     - 3 - Chez Saulnier, 16100 Louzac-Saint-André :

 

     Nous revenons à Cognac et à la forteresse de Merpins illustrée au n° 4 de la Saintonge. Le site surplombe le domaine viticole de Font Joyeuse sur la rive gauche du Ri Bellot, proche d'une troisième voie romaine à pénétrer en Angoumois. Nous laisserons à Richard Cœur de Lion les honneurs de sa conquête toute proche.

 

     - 4 - La Croix Senaille, 16120 Bouteville :

     - 5 - Sonneville, 16130 Lignères-Sonneville :

     - 6 - La Sonnerie, 16250 Val-des-Vignes :

 

Château de Bouteville
Château de Bouteville

 

 

     Ces trois sites enserrent l'imposant château de Bouteville (ci-contre) face à la Saintonge dans lequel Jean sans Terre a séjourné plusieurs fois entre 1200 et 1216. C'est certainement de cette époque que datent les trois sites car Jean sans Terre devait se méfier particulièrement des bouillants sires d'Archiac et de Barbezieux toujours prêts à guerroyer contre les comtes d’Angoulême. Pendant la guerre de cent ans, les Anglais étaient pratiquement maîtres de la Saintonge et n'avaient plus à défendre de frontière. Le Prince Noir avait fait de Bouteville une des bases arrières de ses terribles chevauchées.

 

   - 7 - Le pont Saunier, 16190 Nonac :

 

     Rien de bien spécifique pour ce pont enjambant un petit affluent du  mis à part le fait qu'il se situe exactement sur la frontière de l'ancienne province et entre deux petits châteaux dont on a perdu l'histoire ancienne, le château de la Faye au sud et le château de la Léotardie au nord. 

 

   - 8 - Le champ Saunier, 16110 Agris :

   - 9 - Saunières, 16110 Saint-Projet-Saint-Constant :

 

     Ces deux sites sont très proches de la ville de La Rochefoucauld, l'un au nord et l'autre au sud ; beaucoup plus proches que la distance habituellement observée entre les sites et le château principal. En fait, ils encadrent le prieuré construit sur la rive opposée à celle du château de la Rochefoucauld, au bord de la Tardoire. Ce prieuré Saint Florent fut fondé en 1060 par Adhémar Donzel seigneur de la Rochefoucauld en faisant appel, Dieu sait pourquoi, à une douzaine de moines de l'abbaye de saint Florent de Saumur (donc après la prise de Saumur par Foulques Nerra en 1026) (voir Anjou n° 13). Agris fut donnée à l'abbaye par les seigneurs de la Rochefoucauld au XIIème siècle. La commanderie templière de Malleyrand est proche. Nous sommes ici en langue d'Oc, patois Limousin, la frontière passant en forêt de la Braconne à l'ouest du site.

 

   - 10 - Sonne, 16460 Saint Front :

 

     Nous retrouvons là le cours du Son-Sonnette matérialisé en orange sur la carte et le n° 31 du Poitou pour lequel nous n'avions pas vraiment d'explication concernant cette rivière. En fait, il est possible que l'abbaye de Cellefrouin matérialisée sur la carte par une croix soit plus ancienne que ce que l'on croit (1025 ?) et que que le don de Ruffec au comte d’Angoulême vers 995 n'incluait pas les domaines de cette abbaye à l'instar du n° 1 ci-dessus pour Courcôme. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Sonne vis à vis de Mansle, village ancestral, serait l'équivalent de Sonneville (n° 1) pour Ruffec et aurait donné son nom à la rivière frontalière Son-Sonnette passant à ses pieds, écartant les étymologies basées sur le SON de l'eau.