I - Aimery de Saunay, vers 1040 – dep 49

 

 

Notre plus ancien Sonay trouvé est Aimery de Saunay que l’on rencontre dans quatre sources : 

Aimery de Saunay est en procès devant Foulques Nerra à Saumur que Foulques venait de rattacher à ses domaines (1026). Ce procès l'oppose à l’abbaye de Saint Florent également à Saumur. L’abbé de Saint Florent est Frédéric ce qui nous permet de situer le procès entre 1022 et 1055. Louis Halphen donne la fourchette de 1026 - 1039 date à laquelle Foulques Nerra quitte définitivement l'Anjou pour son dernier pèlerinage à Jérusalem. Il s’agit d’une histoire d’échange de serfs entre Saint Florent, une famille de Saint SauveurRoger de Montreveau et Aimery de Saunay au sujet de la serve Ermengarde. Aimery ayant refusé de se soumettre au jugement de Dieu (on le comprend !), Foulques donnera raison à l’abbé de Saint Florent.

 

Marchegay certifie qu’il s’agit du Saunay près de Château-Renault sans donner de preuve. Louis Alphen rattache ce personnage à Sauné ou Saunay, commune d'Ambillou-château, canton de Gennes, arrondissement de Saumur ce qui est beaucoup plus probable compte tenu de la proximité avec Gennes et Saumur où se passe l'action.

 

Aimery de Saunay est donc rattaché au lieu dénommé Sauné proche d'Ambillou-Château que l'on a vu par ailleurs. Il est très certainement l'ancêtre de Thibaud de Saunay qui suit et donc apparenté aux Sonnay de Chinon. Il est donc probable qu'il s'agisse du plus lointain ancêtre de Guillaume de Sonnac.

 

Une autre information peut également nous être utile pour la suite : Roger de Montrevault (de Monte Revello), originaire de la région de Montoire-Château-Renault, celui qui avait donné la serve Ermengarde à Aimery de Saunay, avait été chargé par Foulque Nerra de lui garder les Mauges dans son duché. Pour cela, il avait construit la forteresse du Petit-Montrevault. Il faisait donc partie de ces chevaliers gardien de frontières pour le compte des comtes d'Anjou ses origines proches de Château-Renault ouvrent des liens vers le Saunay de Touraine.

 

S'agissant du plus ancien noble de la famille, on peut en déduire que celle-ci a été anoblie au plus tôt en 937 (sous Foulque II), date de l'apparition de la frontière à Sauné suite au don de Saumur à Thibaut le tricheur et au plus tard par Foulque III Nerra avant 1026 date de la reconquête du Saumurois, Sauné ne se trouvant plus alors sur la frontière angevine.