Les grands utilisateurs de Sonay.

 

     Voici donc, dans l'ordre du nombre de site qui leur sont rattachés, les plus grands utilisateurs de Sonay ou de guets pourvus de noms approchants. Les dates données ici  après les personnes sont de la naissance à la mort. En clicquant sur les personnes, vous retournez à la section correspondante de l'hypothèse.

 

 

-1- Charles II le Chauve ( 823 - 877 )

 

     Charles II le Chauve est notre tout premier utilisateur avec 37 occurrences sur l'ensemble de la Francie occidentale. Il est né à Frankfort de Louis le Pieux et de Judith de Bavière, éduqué par Walafrid Strabon, il est marié à Ermentrude d'Orléans puis Richilde d'Ardennes ou de Provence. Roi des Francs en 843 et Empereur en 875. Par ses décisions autoritaires vis à vis des "honneurs", il se fit beaucoup d'ennemis parmi les grands du royaume dont Robert le Fort.

 

     Charles le Chauve avait des terres en Otlinga Saxonia (qui existait encore sous ce nom) : la villa d'Airan qu'il donne à Atton (voir Normandie n°14). Airan est au bord de la Touques ! Il y avait des marchands Saxons à Paris dès 710. Charles avait permis la frappe de monnaie à Bayeux comme en témoigne le denier saxon de Bayeux. Selon l'Histoire de Bretagne de G.A. Lobineau 1707, Charles commandait également des Saxons lors de la bataille de Jengland (en 851 - voir Bretagne n° b, c et e et p.40) mais c'était alors des Saxons du Nord de l'Allemagne prêtés par son frère Louis le Germanique. Charles avait des Saxons de Bayeux qui tenaient l'avant garde à la bataille de Ballon (p.41). Un Saxon appelé Jean l'Hibernois (ce qui veut dire qu'il était originaire d'Irlande) était conseiller de Charles (p 53). Charles s'était pris d'amitié pour le roi saxon du Wessex, Æthelwulf (mort en 858 le Æ saxon se prononce "ash") et son fils Ælfred (Alfred le grand) (848-899). Lors de son retour de Rome Æthelwulf est l'höte de Charles qui lui donne sa fille Judith (~843-870) de 13 ans en mariage en exigeant qu'elle soit sacrée reine, nouveauté chez les Saxons. Alfred le grand réussit à reconquérir son royaume sur les Vikings contre des ennemis communs avec Charles le Chauve comme Hasting. Pas étonnant que Charles aie fait confiance aux méthodes saxonnes pour combattre les Normands. C'est sous Charles le Chauve et notamment à l'abbaye de Saint Amand qu'est utilisé un nouveau style d'enluminure appelé école franco saxonne (ci dessus). Enfin, pour amadouer les Saxons, Lothaire le frère de Charles leur avait permis de reprendre leurs idoles, ils se nommèrent alors eux même "Stellingues".

 

     Le bienheureux Alfred le Grand va se passionner pour l’organisation de son royaume et de son armée. Il crée le concept des burghs (châteaux forts), dotés de garnisons fixes et commandés par des nobles choisis par lui pour leur fidélité, et leur science de la guerre. Il crée la notion de vasselage – qui sera copiée en France – où l’ealdorman en place doit fournir un contingent de soldats armés et équipés pour la guerre... Alfred va mettre en place un programme de constructions navales sur des plans qu’il conçoit lui-même... C’est la première flotte de guerre d’Angleterre, avec ses traditions qui perdureront. Il crée et organise de manière méticuleuse le fisc, afin d’avoir une garantie de rentrées financières. Parallèlement, il va entretenir une correspondance assidue avec les grands de ce monde, tels le patriarche de Jérusalem... Il crée une faculté de grand savoir (Oxford), copiée sur celle de Charlemagne ; pour lui donner un essor, il s’assure du concours de John le Saxon (le conseiller de Charles le Chauve) et de Grimbald, savants d’Europe. Il est à l’origine de la Chronique Saxonne. L’œuvre épistolaire d’Alfred est considérable, l’Université de Liverpool a créé une chaire de littérature anglaise « Roi Alfred », en son honneur.

 

     La culture saxonne était donc très présente à la cour de Francie Occidentale, et c'est ainsi que, pour défendre ses frontières, Charles le Chauve fit comme ses marquis de Neustrie [Adalard le Sénéchal (861-865), Robert le Fort (861-866), Gauzfrid du Maine (865-878), Ragenold d'Herbauges (878-885), Hugues l'Abbé (866-886)] et utilisa leur vocabulaire et leur méthodes pour désigner les guets le long de ses frontières mouvantes aussi bien avec la Bretagne que celles octroyées par les traités de Verdun et de Meerssen à l'est de la Francie.

 

     Juste avant de mourir, il rédigea le Capitulaire de Quierzy, fondement de la féodalité reconnaissant l'hérédité des charges, ce que n'avaient cessé de réclamer les responsables du royaume.

 

 

 

 

-2- Edouard Ier Plantagenêt ( 1239-1307 )

 

     A l'autre extrémité de la période étudiée, le second utilisateur avec 25 occurrences est Edouard Ier roi d'Angleterre. Fils d'Henri III et d'Eléonor de Provence il est roi d'Angleterre, seigneur d'Irlande et duc d'Aquitaine en 1239. Il est surnommé "Longues Jambes" (1,88m). Il épouse Eléonor de Castille, demi-sœur d'Alphonse X en 1254. Il se lie d'amitié avec Pierre II de Savoie, l'oncle et le mentor de sa mère, le numéro 4 des utilisateurs de Sonay ! Il a fort à faire avec Simon V de Monfort et est même temporairement son prisonnier. Il fait la neuvième et dernière croisade.

 

      A partir de 1277, Edouard décide de construire des châteaux au pays de Galles. Leur construction est assurée par maître Jacques de Saint-Georges, un architecte renommé qu'Édouard a rencontré en Savoie en rentrant de croisade. Maître Jacques était le maçon de Pierre II de Savoie.

 

     Il s'est toujours intéressé à la Guyenne, y est allé quatre fois, 17 mois en 1255 et 3 ans en 1286. Il subit la guerre de Guyenne menée par Philippe le Bel de 1293 à 1297. En 1297, il essaye de contre attaquer en Guyenne et en Flandre espérant le soutien d'Henri III de Bar qui avait épousé sa fille Aliénor (le numéro 3 des utilisateurs de Sonay !). Mais ces alliances n'aboutissent pas. Il signe le traité de Montreuil sur Mer en 1299 et épouse Marguerite de France, la sœur de Philippe le Bel.

 

     On peut imaginer combien Edouard était convaincant quand il exposait ses vues castellologiques, héritées de ses ancêtres plantagenêts, à ses interlocuteurs.

 

       Gascogne n° A, 1, 2, 3, 45, 6, 7, 8, 9-3, -4, -5, -6 ; Guyenne n° C, D, Fa, f, g, h, 1, 3, 4, 5.


 

 

 -3- Henri III de Bar (1259 - 1302 ) avec son fils Edouard Ier de Bar et son frère Renaud évêque de Metz.

 

      Le troisième utilisateur avec 23 occurrences est Henri III comte de Bar et contemporain d'Edouard Ier. Il est fils de Thiébaut II de Bar et de Jeanne de Toucy. Il devient comte en 1291. En 1293, il épouse à Bristol Aliénor d'Angleterre, fille d'Edouard Ier (ci-dessus) et Aliénor de Castille. Il combat aux cotés de Charles II d'Anjou et meurt à Naples en 1302.

 

      Le mariage d'Henri III de Bar avec Aliénor d'Angleterre avait été négocié auprès d'Edouard Ier par Jean de Bar le frère puîné d'Henri III, seigneur de Puisaye. Henri III de Bar n'est pas le seul à bénéficier d'un mariage avec une fille d'Edouard puisque Jean II de Brabant épouse Marguerite en 1290. Henri III et Jean II s'allient contre Philippe le Bel mais la coalition n'a pas d'avenir, le soutien d'Edouard Ier n'étant que financier. 

 

      Du temps de la guerre de succession de la Champagne, le grand-père d'Henri III, Henri II (1214-1239), avait déjà commencé à protéger ses châteaux avec des Sonay (voir ci dessous 5 occurrences). Ce fut certes un exemple mais l'élève a dépassé le maître par son empressement à suivre les stratégies de son beau père Edouard Ier.

 

      Bourgogne n° cLorraine n° 3, 7, 8, 9, b, c, d, e, f, g, h, i, jk, ln, o, p, q, r, s, t.


 

 

Pierre II de Savoie ( 1203 - 1268 )

 

     Le quatrième est Pierre II de Savoie avec 16 occurrences.

 

     C'est le plus âgé de notre trio et surement le chef de file car Edouard Ier est né 5 ans après l'arrivée de Pierre II à Londres (en 1234). Pierre est le sixième fils de Thomas Ier de Savoie et de Marguerite de Genève. Il épouse Agnès de Faucigny en 1234 et accède au titre de comte de Savoie en fin de vie de 1263 à 1268. Il a été surnommé "le petit Charlemagne".

 

     La sœur aînée de Pierre, Béatrice avait épousé Raimond Bérenger V de Provence et avait quatre filles qu'elle essaya de très bien marier. L’aînée Marguerite devint reine de France en épousant saint Louis. La seconde, Eléonore n'avait que 13 ans en 1236 quand elle fut promise à Henri III Plantagenêt. Pour l'accompagner à Londres, sa plus jeune soeur, Béatrice, demanda à deux de ses frères clercs, Boniface alors évêque de Belley et Pierre jeune chanoine à Lausanne. Henri III prend en amitié les deux oncles de sa jeune épouse, Boniface devient archevêque de Canterbury et Pierre comte de Richmond. Le mariage des deux sœurs aînées est consolidé par celui de Sancie (la troisième fille) avec Richard de Cornouailles frère d'Henri III et roi des romains suivi du mariage de la dernière, Béatrice avec Charles Ier d'Anjou frère de Saint Louis et roi de Sicile et de Naples. En 1246 Henri III lui donne un terrain près de Londres au bord de la Tamise où il construit un magnifique palais, l'Hôtel de Savoie dont l'histoire suit de près celle de toute la haute noblesse du royaume. Devenu palace de luxe depuis 1889, son histoire est bourrée d’anecdotes amusantes comme celle de la création des crêpes Suzettes ou du chat noir destiné à être le quatorzième convive des clients fortunés.

 

     C'est à Londres que Pierre s'initie à la  l'architecture militaire et notamment aux donjons et tours rondes à plusieurs étages ainsi qu'à l'administration des forteresses avec comptabilité sur rouleaux. Bien qu'aucun textes ne vienne le confirmer, il dut y faire connaissance de nobles angevins ayant rejoint Henri III après la conquête de l'ancien empire plantagenêt dont certainement nos de Sonay qu'il incita à venir en Savoie pour l'aider à gérer ses territoires du Bugey et de Vaud (voir patronymie n° XIV et Savoie n° A). L'administration de Pierre II fait école et perdure jusqu'à la création de la chambre des comptes savoyarde en 1329.

 

      Pour un bon décompte, il conviendrait de lui ajouter les "Sonay" du canton de Vaud en Suisse (Voir patronymie).

 

     Franche-Comté n° g, 1, 4, 5, 6 ; Savoie A, 1, 4, 5, 6, 7, 8, c, e, f, g.


 

 

Philippe de Mantes ( 1092 - 1133 ) et ses complices.

 

     Quatrième ex-æquo avec 16 occurrences mais avec plusieurs seigneurs. Il est le fils de Philippe Ier et de Bertrade de Montfort

 

      Ce n'est pas une seule personne qui est concernée ici mais la conséquence d'une succession difficile à la mort de Philippe Ier. En effet, Philippe Ier, en première noce avait épousé Berthe de Hollande qui lui a donné 5 enfants dont Louis VI. En 1092 Philippe répudie Berthe et enlève la 5ème femme "achetée" par Foulques IV le Réchin, Bertrade de Montfort qui lui donne 4 enfants dont Philippe de Mantes. Ce dernier épouse Elisabeth de Montlhéry, ce qui lui permet de réunir une vaste coalition familiale qui aurait bien pu empêcher Louis VI le Gros de régner si Philippe de Mantes avait été plus combattant. Le mariage de Philippe Ier avec Berthe était certes entaché de consanguinité mais celui avec Bertrade avait provoqué l'excommunication de Philippe.

 

     Cette coalition (voir Ile de France n°a) était composée de :

     La coalition est au profit de Philippe de Mantes que j'ai choisi comme représentant des utilisateurs des Sonay mais le véritable organisateur de la défense de tous ces châteaux est certainement Galéran IV de Meulan chevalier infatigable et conseiller des rois anglais et des comtes angevins.

 

 

 

Geoffroy Ier Grisegonelle (~938 - 987 )

 

      Avec 15 occurrences

 

 

 

Foulque III Nerra (~965 - 1040 )

 

      Avec 14 occurrences

 

       Anjou n° 1, 6, 14, 15, 16, 24 ; Berry n° 4 ; Poitou n° 2, 3, h ; Saintonge n° 5 ; Touraine n° 6, 718.


 

 

Clovis Ier (~466 - 511 )

 

 

      Avec 13 occurrences

 

       Bourgogne n° a ; Lorraine n° u ; Maine n° 20 ; Poitou D, 1, 4 ; Touraine n° 8, 9, 10, 12, 13, 14, 16.


 

 

Hugues le Grand (~898 - 956 )

 

      Avec 13 occurrences

 

        Bourgogne n° A, B, C, D, F, 8, g, h ; Champagne n° A ; Lorraine n° 1, 2 ; Orléanais n° b ; Touraine n° 19


 

 

Henri II Plantagenêt ( 1133 - 1189 )

 

      Avec 12 occurrences

 

     Auvergne n° a ; Berry n° 6, 7, 8, 9, 10 ; Bourbonnais n° B ; Gascogne n° C, D, =4 ; Guyenne n° i ; Limousin n° 5.


 

 

Rollon ( ? - 932 )

 

      Avec 11 occurrences

 

      Normandie n° G, H, K, h, r, s, t, u, v, y, z.


 

 

Richard Ier Cœur de Lion ( 1157 - 1199 )

 

      Avec 11 occurrences

 

     Angoumois n° 3 ; Berry n° 1, 2, 3 ; Gascogne n° E ; Guyenne n° 2 ; Limousin n° 7, 13 ; Poitou n° t, u ; Saintonge n° 3.


 

 

Itier Ier de Savigny ( ? - 1044 )

 

      Avec 10 occurrences

 

      Dauphiné n° c ; Lyonnais n° A, 1, 2, 3, 6, 7, 8, 9 ; Saintonge n° 4.


 

 

Guillaume VII d'Auvergne ( 1130 - 1169 )

 

      Avec 10 occurrences

 

       Auvergne n° 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ; Quercy n° 6. 


 

 

Robert le Fort (~815 - 866 )

 

      Avec 9 occurrences

 

      Anjou n° 26, 27 ; Bourbonnais n° 1, 4, 5 ; Bourgogne  e, p ; Champagne 3, 4.


 

 

Simon IV de Montfort (~1164 - 1218 )

 

      Avec 9 occurrences

 

      Languedoc n° e, f, g, h, i, j, l, m, n. 


 

Bernard III d'Astarac ( ? - >1248 )

 

      Avec 9 occurrences

 

     Gascogne n°d, e, f, g, h, k, l, o, p.


 

 

Edouard III Plantagenêt ( 1312 - 1377 ) et son fils le Prince Noir ( 1330 - 1367 )

 

      Avec 9 occurrences

 

      Gascogne n° a, b, c ; Quercy n° f, l, 1, 3 ; Rouergue n° 7, 8.


 

 

Guillaume le Conquérant (~1027 - 1087 )

 

      Avec 8 occurrences

 

       Normandie n° A, n ; Perche n° 5, 6, 7, 8 ; Vallée d'Auge n° 9, 10.


 

 

Foulque Ier le Roux ( 870 - 942 )

 

      Avec 7 occurrences

 

      Anjou n° 3, 18, 19 ; Bretagne n° f , j ; Touraine n° 27, 29.


 

 

Foulque II le Bon (920 - 960 )

 

      Avec 7 occurrences

 

      Anjou n° 2, 10, 11, 13, 17 ; Orléanais c ; Touraine n° 22. 


 

 

Geoffroy II Martel ( 1006 - 1060 )

 

      Avec 7 occurrences

 

     Bretagne n° 7 ; Maine n° 9 ; Touraine n° 1, 2, 4, 25, 26.


 

 

Henri III Plantagenêt ( 1207 - 1272 )

 

     Avec 6 occurrences

 

     Saintonge n° 2, 6, 7 ; Guyenne n° A, B, E.

 


 

 

Les Pestillac (~1287 - 1356 )

 

     Avec 6 occurrences

 

     Quercy n° A, a, d, g, h, 2.

 

 

Clodomir (~495 - 524 )

 

     Avec 5 occurrences

 

       Berry n° A, D, E, 11 ; Bourbonnais n° A.

 

 

Les Pirou

 

     Avec 5 occurrences

 

     Normandie n° E, 6, 8, 9, a.


 

 

Les Poitiers-Valentinois ( >1135 )

 

     Avec 5 occurrences

 

      Dauphiné n° 1, 2, a, h, i


 

 

Henri II de Bar (~1190 - 1239 )

 

     Avec 5 occurrences

 

      Lorraine n° m, w, x, y, z.


 

 

Raymond VII de Toulouse ( 1197 - 1249 )

 

     Avec 5 occurrences

 

     Languedoc n° 1, 2, 4, 5, 6.


 

 

Pierre de Sonay (~1260 - ~1299 )

 

     Avec 5 occurrences

 

     Poitou n° G, H, J, K, e.


   

 

 

       Nous avons limité notre liste à 5 occurrences.