Manuscrits de référence nommant Guillaume de Sonay 


 

     Cliquer sur la référence (date du document) pour accéder au document.

     En rouge : Précepteur d'Auzon

     En bleu : Maître d'Aquitaine

     En vert : Grand Maître

     En violet : document posthume


 Lieu

 Prénom

 Nom

 Fonction

 A-1224

 85 - Sainte Gemme

 Willelmum

 de Sonay

 Rectorem de Ausun

 B-1228

 86 - Poitiers

 Willelmo

 de Sonaio

 Preceptore de Ausonio

 C-1236

 79 - Mauléon

 Guillelmo

 de Sonaio

 Preceptori fratrum milicie Templi in Aquitania

 D-1239

 86 - Châtellerault

 Guillaume

 de Sonay

 Humble précepteur des maisons du Temple d’Aquitaine

 E-1242

 17 - Cognac

 Guillelmus

 de Sonaio

 Domorum militie Templi in Aquitania preceptor humilis

 F-1243

 Angleterre

 Warinus

 de Sonariis

 Dominorum militie Templi

 

 

 William

 de Soum

 in Aquitania praeceptor

 G-1246

 37 - Fontevraud

 Willelmus

 de Sounaio

 Magister milicie Templi in Aquitania

 H-1248

 Italie Venise

 Guilielmi

 de Sonaio

 Magistri domus milicie Templi

 I-1249

 Chypre Limassol

 Wilelmus

 de Sonayo

 Pauperis milicie Templi magister

 J-1249

 Egypte Damiette

 W.

 de Senay

 Magister pauperis militiae Templi

 K-1249

 Egypte Damiette

 Gi.

 de Soanay

 Megere

 

 

 G.

 de Saonay

 Maistre

 L-1252

 86 - Poitiers

 Guillelmus

 de Sonayo

 Magister Templi

 M-1253

 Italie Pérouse

 G.

 

 Magistri militie Templi

 N-1303

 85 - Coudrie

 Guillelmus

 de Sonaio

 Précepteur d'Aquitaine

 

 

 Warinus

 de Sonariis

 Précepteur d'Aquitaine

 O-1330

 75 - Paris

 Guillaume

 de Sonac

 Mestre du Temple

 P-1442

 Angleterre

 Wilelmus

 de Sonevey

 Magnus magister quondam Templi Salomonis


           De cette liste, on peut constater qu'aucun document d’époque ne donne le nom de Sonnac comme le fait Joinville au chapitre LIV

 

          Son vrai nom commence par un S (tous les cas) suivi d’un O (tous sauf  J-1249) puis un seul N (tous les cas) et se termine par AI ou AY suivi éventuellement de la déclinaison latine (13 cas contre 5).

 

          Concernant le document J-1249, c'est un document anglais. Dans cette langue, il n'y a peu de différence entre la prononciation du "o" et du "e".

 

          Nous retiendrons donc pour le nom réel de Guillaume de Sonnac "de SONAY" en Français ; "de SONAYO" ou "de SONAIO" en Latin. Nous pouvons voir dans le document L-1252 que SONAY se prononcait Sonail en poitevin à cette époque.

 

          L'utilisation du prénom Willelm ou celui de Guillaume dépend du contexte. Il est a noter que le prénom utilisé du temps d’Auzon est la forme allemande ou anglaise Willelm. En 1236 Guillaume de Sonnac est à Poitiers et se fait appeler Guillaume alors que sur le même document deux autres personnes ont gardé le prénom de Willelm. La régence de Blanche de Castille venait de se terminer mais Alphonse n’était pas encore installé à Poitiers. En 1246, Isabelle d'Angoulème l’appelle encore Willelm alors qu’elle écrit à Saint Louis ! C’est le document I-1249 qui va nous orienter. Guillaume de Sonay est en terrain neutre, à Chypre, tenu par les Lusignan, Il y donne son prénom au notaire et choisit Wilelm. C’était surement le prénom qu’il se donnait le plus volontiers et en tout cas celui de sa naissance.

 

          Willelm était le prénom utilisé pour l'ainé du comte de Poitiers, duc d'Aquitaine. Ce prénom était donné au duc en l'honneur de Guilhelm de Gellone (~755-812) ou d'Aquitaine, comte de Toulouse, duc d'Aquitaine et marquis de Septimanie. Il était apparenté à Charlemagne. Il fonda l'abbaye de Gellone et fut cannonisé en 1066 par le pape Alexandre II. Le prénom Guillaume d'origine germanique (will : volonté et helm : casque) présente plusieurs variantes suivant les régions : Guilhem (occitan), Guilherme, Guillem (occitan), Guillemin (hypocoristique), Guillerme et Guillermo (breton), William (ancien normand et anglais)... Ce n'est qu'en 1218 que Guillaume de Corbeil ou de Bourges remplaça Guilhelm de Gellone dans le calendrier des pays d'Oil.

 

          Nous retiendrons donc comme nom usuel en français de notre homme Guillaume de SONAY (prononcer Sonaille).

 

          On peut également dire qu’il vivait pleinement son vœu de pauvreté car jamais l’expression Grand Maître n’est utilisée (elle a été inventée beaucoup plus tard) et par deux fois est utilisé le mot « humble », deux autres fois le mot « pauvre ». Il associe sa communauté à ses décisions par deux fois.